Travailler le personnage de Clown est fascinant, surtout pour les acteurs.

« Il n'existe pas de clown qui ne soit pas bon acteur » disait Jango Edwards.

 

Le fait d'apprendre soi-même et aux autres sur scène, cette capacité d'écoute, est un travail véritablement riche et grand.


Les Clowns se jettent avec enthousiasme dans le fiasco.

Au début c'est avec un espoir relativement angoissé, puis avec la certitude grandissante qu'une solution viendra.

La solution qui finit par surgir n'est généralement pas celle qui était attendue ou désirée et c'est ce qui rend le tout encore plus excitant.

Plus c'est imparfait, mieux c'est. L'imperfection rend le tout intéressant et c'est dans l'imperfection que réside le potentiel. « L'unique » à 100% est de rigueur.

De même que les « problèmes » sont importants !

Les clowns laissent leurs attentes, leurs désirs, leur faim de jeu de côté un moment pour apporter à leur envie de jouer, leur amour pour les plus faibles, leur compréhension des plus sensibles, leur naïveté, leur innocent désarroi.

Parfois s'ils sont chanceux, un petit quelque chose vient se glisser dans leur espace, puis « ça arrive », quelque chose de nouveau se produit ; ils réussissent à toucher nos cœurs et notre âme.

 

 Tanja Simma